Etude : Les atouts du commerce équitable pour accompagner la transition agroécologique en France

Communiqué de presse, le 25 juillet 2022

 

Commerce Équitable France publie une nouvelle étude terrain qui met l’accent sur 3 engagements clés et complémentaires du commerce équitable qui facilitent et accélèrent la mise en œuvre de pratiques agroécologiques au sein des groupements de producteur·rice·s engagé·e·s dans cette démarche.

 

Télécharger la synthèse

 

Il y a un un peu plus d’un an, le projet de loi visant à protéger la rémunération des agriculteurs était présenté à l’Assemblée nationale. Face au mal-être d’une des professions les plus exposée à la précarité, cette loi tente d’apporter une réponse à un problème majeur. Mais elle s’arrête au milieu du gué. Et cela, en faisant l’impasse sur l’adaptation des agriculteurs aux défis du climat et de la biodiversité auxquels ils sont confrontés – et nécessitant d’importants investissements (formations, matériel, etc). Pourtant, le fait d’apporter une visibilité économique aux agriculteurs est un levier puissant en faveur de l’adoption de modes de production agroécologiques résilients.

 

Dans une nouvelle étude terrain, Commerce Équitable France montre en quoi les engagements du commerce équitable accélèrent le déploiement de pratiques agroécologiques. Le collectif français des acteurs du secteur appelle les décideurs publics à s’inspirer de ces conclusions pour accompagner le déploiement de filières alimentaires alliant ambitions économiques, sociales et écologiques.

 

 

La double peine

 

Tandis qu’un trop grand nombre d’agriculteurs peinent à vivre de leur métier, l’urgence climatique exige de leur part un changement des systèmes de production agricoles pour atténuer les émissions du secteur. Si les solutions existent, le climat d’insécurité et de précarité économique du secteur (volatilité des prix des matières premières, relations commerciales déséquilibrées avec l’aval) se révèle particulièrement dissuasif. Cette nouvelle étude analyse les chemins de changements agro écologiques engagés par 14 organisations de producteurs  et montre comment l’application de 3 principes clés du commerce équitable actionnent des leviers déterminants dans les trajectoires de changement de ces filières. 

 

Levier 1 – Des moyens économiques plus équitables

 

Les prix rémunérateurs, ainsi que le fonds de développement financé par les acheteurs, apportent la sécurité économique nécessaire aux groupements de producteurs pour impulser des changements forts, comme des conversions en agriculture biologique. 

 

Exemple : Au sein de la coopérative CAVAC (4755 fermes), les engagements en commerce équitable ont accompagné une vague massive de conversions Bio, de 1700 ha en 2015 à 30 000 ha en 2020.

 

Le fonds de développement permet à AgriBio Union (union de coopératives regroupant 1000 fermes, leader du soja bio pour l’alimentation humaine) de déployer un plan d’action en faveur de la biodiversité.

 

Levier 2 – Une sécurisation économique avec des contrats longue durée

 

Lors d’évolution brusque du marché ou d’accident climatique, la qualité des partenariats de commerce équitable et le dialogue entre acteurs permettent d’identifier des solutions de partage des risques. Ainsi, les contraintes ne reposent pas uniquement sur les épaules des producteurs.

 

Dans l’incapacité d’assurer ses livraisons après l’épisode du gel du printemps 2021, Etic Monts Bio (7 producteurs) a pu, en dialogue avec son acheteur, faire lever des pénalités et trouver d’autres solutions

 

Levier 3 – Une gouvernance démocratique renforcée au service de projets collectifs

 

En bénéficiant uniquement à des organisations collectives de producteurs, le commerce équitable propose un cadre pour redynamiser la démocratie. La construction d’une vision commune et d’un projet collectif permet au groupement de se fixer un cap et de se doter des outils de pilotage pour l’atteindre. 

 

La gouvernance démocratique de Biolait (1400 fermes) a permis d’aboutir sur une démarche qualité ambitieuse (zéro importation de soja pour l’alimentation animale pour lutter contre la déforestation, développement du pâturage,…) et un accompagnement des adhérents par des techniciens.

 

Les résultats de cette nouvelle étude renforce la vision de Commerce Equitable France : la promotion de l’agroécologie et la progression des revenus agricoles constituent bien les deux faces de la politique agricole et alimentaire de l’avenir.

 

 

 

 

Télécharger la synthèse

 

Lire le rapport complet

 

 

Contact presse : 

Christelle Bruyère, directrice communication

c.bruyere@commercequitable.org