Sommaire

    Commerce équitable et climat : même combat !

    Le climat se réchauffe de plus en plus vite. Le GIEC (Groupe internationale d’experts sur l’évolution du climat) a tiré la sonnette d’alarme dans son rapport en 2018 contre toute augmentation au-delà de 1,5°C. Limiter la hausse des températures est aujourd’hui crucial, et parce que l’agriculture, l’alimentation et le climat sont intimement liés, nous sommes tous concernés.

     

     

    Le dérèglement climatique se traduit par des épisodes climatiques extrêmes de plus en plus fréquents  :

    • épisodes de sécheresse intense
    • érosion, montée des eaux, salinisation des sols, perte des ressources d’eau douce
    • périodes de moussons de plus en plus violentes entraînant glissements de terrains et inondations mais aussi cyclones, tempêtes…

     

    Ces événements ont pour effet de fragiliser les écosystèmes, et peuvent se traduire par une perte de la biodiversité (maladies, extinction d’espèces), des vagues de migrations, mais aussi et surtout une perte de cultures et de rendements agricoles. Les producteur.ice.s et paysan.ne.s subissent alors de plein fouet les conséquences du changement climatique.

     

    Face à ce constat, l’enjeu est double. D’un côté, il faut atténuer l’impact de l’agriculture sur le climat pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre. D’un autre côté, il faut aussi nous y adapter en développant des modes de production plus résilients et diversifiés. Permettre aux producteur.ices d’être mieux prémunis face aux aléas climatiques, c’est œuvrer pour la sécurité alimentaire mondiale.

     

     

    Le lien entre agriculture, alimentation et climat

    Le réchauffement climatique s’explique par l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre. Les secteurs de l’agriculture et de l’alimentation sont responsables de 25% de ces émissions dans le monde (source : FAO). En France, même constat, avec 23% des émissions produites, et dont la principale contribution provient de l’utilisation d’engrais et de pesticides chimiques (source : Ifen et INRA).

     

    L’industrie agroalimentaire conventionnelle ne permet pas de mettre en place des actions d’atténuation et d’adaptation au changement climatique. Les filières cacao et café illustrent bien les enjeux rencontrés aujourd’hui :

    • une concentration des pouvoirs aux mains de quelques acteurs (dans la filière café, plus de 80% des parts de marché des marques de café sont détenues par seulement 3 entreprises) ;
    • une extrême volatilité des prix ;
    • et donc une répartition très inéquitable de la richesse (dans la filière cacao, pour une tonne de cacao, le producteur ne perçoit que 7% du chiffre d’affaire tandis que les fabricants en perçoivent 35% et les détaillants en perçoivent 44%).

     

     

    Concrètement, le commerce conventionnel ne donne pas les moyens financiers aux producteur.ice.s de s’adapter au changement climatique.s

     

    Élevons la rémunération des producteurs, pas les températures !

     

    À l’inverse, le commerce équitable permet une meilleure répartition des richesses et donne aux producteur.ice.s les moyens d’investir dans des modes de production plus respectueux de l’environnement. Il leur permet également de diversifier les types de cultures, et d’ainsi pouvoir mieux s ‘adapter aux conséquences du changement climatique.

     

     

    Consommer responsable, c’est aussi consommer équitable !

    Le mouvement du commerce équitable soutient la consommation responsable.

    Les consommateurs ont un rôle important à jouer, car lorsque nous consommons, nous votons pour le monde que nous voulons. Le site de Commerce Équitable France, les fiches de Réseau Action Climat, et les guides de l’ADEME sont autant de ressources pour s’outiller et agir chacun à son niveau. C’est dans ce sens que chaque année, la Quinzaine du commerce équitable est organisée. Son rôle est d’accompagner le changement des modes de production et de consommation en informant et en sensibilisant les consommateurs, entreprises, collectivités… au commerce équitable.

     

    Changeons nos échanges !

    Le mouvement du commerce équitable mène des actions de plaidoyer auprès des pouvoirs publics

    pour qu’ils établissent des règles du jeu plus équitables et applicables à tous, sur des sujets comme la transparence des filières, le droit de la concurrence ou encore le devoir de vigilance. Il interpelle aussi les décideurs politiques et économiques sur les apports du commerce équitable et sur la transition écologique, économique, sociale et solidaire. En 2019, à l’occasion des élections européennes et de la Quinzaine du commerce équitable, le mouvement du commerce équitable lance la campagne « #VOTEZ EQUITE, donnons des voix à nos valeurs ». L’objectif ? Interpeller les candidats aux élections européennes pour défendre une Europe plus équitable, durable et solidaire.

     

     

    Qui dit justice économique, dit justice climatique !

    Le commerce équitable garantit aux producteurs des conditions économiques favorables pour les accompagner dans la transition écologique.

    Grâce au renforcement des organisations de producteur.ice.s, le commerce équitable rééquilibre le pouvoir de négociation qui leur permet de percevoir des prix réellement rémunérateurs. Le commerce équitable garantit aussi un engagement commercial sur la durée et l’accès à des fonds de développement collectifs. Ces leviers économiques permettent aux producteurs de couvrir non seulement leurs coûts de production mais aussi leurs coûts sociaux (accès aux soins et à l’éducation) et environnementaux. Avec une répartition des richesses plus juste, le commerce équitable soutient le développement de modes de production plus respectueux de l’environnement et plus résilients face au changement climatique, comme l’agroforesterie ou l’agriculture biologique. En France, les filières lait et légumes secs ont démontré que les partenariats de commerce équitable origine France accélèrent les conversions en bio et rééquilibrent les relations commerciales. Tout le monde est gagnant : les producteurs bénéficient d’une juste rémunération et d’une meilleure qualité de vie, le bio et l’agroforesterie garantissent des produits sains pour les consommateurs, préservent l’environnement, et à terme, le climat.

     

     

    Ressources pour aller plus loin

    Étude « Café : La success story qui cache la crise »

    Étude « La Face cachée du chocolat »

    Étude « Les contributions du commerce équitable origine France »

    Étude « Qui a le pouvoir ? »

    Campagne Quinzaine du commerce équitable

    Campagne « #VOTEZ EQUITE, donnons des voix à nos valeurs » 

    Les fiches de Réseau Action Climat

    Les guides de l’ADEME

    Le rapport du GIEC

     

    À LIRE AUSSI

    La Quinzaine du commerce équitable

    Page

    La Quinzaine du commerce équitable

    LA campagne de mobilisation citoyenne

    C'est le temps fort annuel pour rassembler et interpeller sur les enjeux d'une production et d'une consommation plus durable.

    Lire la suite

    Élections européennes 2019

    Page

    Élections européennes 2019

    #VOTEZEQUITE : donnons des voix à nos valeurs

    En vue des élections européennes du 26 mai 2019, le mouvement du commerce équitable se mobilise et porte 5 propositions pour que nos futur.e.s élu.e.s portent le projet d'une Europe équitable, écologique et solidaire.

    Lire la suite

    Définitions

    Page

    Définitions

    Les valeurs du commerce équitable et ses cadres légaux

    Lire la suite